Trobaratz dins aqueth album de la bèras cançons gasconas, de la melodias per la dança, de la compausicions, daus convidats, daus tradicionaus adobats, e daus textes inedits dau repertòri bordalès botats en musica, un liberet illustrat que se legís coma un libre de contes, e mai de las paraulas das cançons en òc damb las reviradas. Los tèmas viran a l’entorn de l’amor, de la passion, e de la sorceleria.

Vous trouverez dans cet album de belles chansons gasconnes, des mélodies pour la danse, des compositions, des invités, des traditionnels réarrangés, et des textes inédits du répertoire bordelais mis en musique, un livret illustré qui se lit comme un livre de contes, ainsi que les paroles des chansons en òc et leurs traductions. Les thèmes tournent autour de l’amour, la passion, et la sorcellerie.

LALAS PARAULAS :

1 – JO M’EN VAU PAUSAR MAS BÒTAS (Rondèu)

(Paroles et musique : transmises à Félix Arnaudin par Elisabeth Plantié dite « Babé », Labouheyre, quartier du Monge, 62 ans (1888)

 

Jo me’n vau pausar mas bòtas

Per dançar e per barar.

 

Regardar las bèras hilhas,

Las qui son a maridar.

 

Jo n’èi tant regardat una,

La qui mon còr m’a agradat.

 

Era n’a’n vielhard de pèra,

Que me la vòu pas donar.

 

Me la dòni, me l’ar’dòni,

Jo li vòli deraubar.

 

Quand jo l’i agi deraubada,

Au vielhard l’airèi tornar.

 

 

Je m’en vais poser mes bottes

Pour danser et pour baller

 

Regarder les belles filles,

Celles qui sont à marier.

 

J’en ai tant regardé une,

Celle qui a plu à mon cœur.

 

Elle a un vieillard de père

Qui ne veut pas me la donner.

 

Qu’il me la donne ou me la refuse,

Je veux la lui enlever.

 

Quand je l’aurai enlevée,

Au vieillard j’irai la ramener

 

 

2 – MAN ENCANTADA (Congò)

(Paroles et musique : Joachim Montbord)

 

Man encantada

Lutz dau mau

Traversa la porta

Shens la clau

 

Sa man que ten

Ta man que ten

Ma man que ten

La man dau mau

Main enchantée

Lumière du mal

Traverse la porte

Sans la clef

 

Sa main qui tient

Ta main qui tient

Ma main qui tient

La main du mal

 

3 – LA MANDRAGÒRA (Borrèia planièra)

 

(Paroles et musique : « Les vieilles chansons patoises du Périgord » de l’Abbé Casse et l’Abbé Chaminade (1903) Titre original « Oquel qu’o fa quélo conchou »

Occitan Périgourdin adapté en occitan bordelais

 

Aqueth qu’a fèit ‘quela cançon

‘Quò’s lo galant d’aquela bèla

 

Sèt ans, tres jorns, n’a fèit la cort,

Amei benlèu la fèi enquèra.

 

Au bot d’aquèths sèt ans tres jorns

Lo galant vai veire la bèla.

 

Didè d’un cur triste e dolent

Didè una cançon novèla.

 

Au son de la cançon didè :

« Gentiu galant, pèrdes ta pena !

 

- Jo ne sui pas gentiu gojat

Gentiu gojat per tu, la bèla.

 

- Gentiu gojat ne’n sès bien pro,

D’aur e d’argent tu non n’as gaire.

- Jo n’èi bien lo castèth d’en l’èr

Aquí n’èi bien la Man da gòra.

 

- Mon Diu ! mes se jo lo sabí !

A qu’es aquò la Man da gòra ?

 

- La Mandragòra ‘quò’s de l’aur,

E ‘quò’s de l’aur la Man da gòra. »

 

 

Celui qui a fait cette chanson

C’est le galant de cette belle

 

Sept ans et trois jours lui a fait la cour,

Et peut-être lui fait-il encore.

 

Au bout des sept ans et trois jours

Le galant va voir la belle.

 

Il lui dit d’un cœur triste et dolent

Il lui dit une chanson nouvelle.

 

Au son de la chanson elle lui dit :

« Gentil galant, ne te fatigue pas !

 

- Je ne suis pas un gentil garçon

Un gentil garçon pour toi la belle.

 

- Gentil garçon tu ne l’es pas assez

D’or et d’argent tu n’en a pas.

 

- J’ai bien le château en dans l’air

Là j’y ai bien la Mandragore.

 

- Mon Dieu, mais si je l’avais su !

Et qu’est-ce donc la Mandragore ?

 

- La Mandragore c’est de l’or

Et c’est de l’or la Mandragore. »

 

 

4 – N’EI TANT CERCAT M’AIMIA (Masurcà)

 

Paroles : transmises à Félix Arnaudin par Elisabeth Plantié dite « Babé », Labouheyre, quartier du Monge, 62 ans (1888)

Musique : Joachim Montbord.

N’èi tant cercat m’aimia

Trobada jo be l’èi,

Derideta,

Trobada jo be l’èi.

L’èi trobada adromida

Devath un arrosèir…

 

Tres còps l’èi embraçada

Jamès s’i revelhèt..

reven aus qüate,

Un suspirs m’i a hèit…

 

« Hòu ! galant pren-t’i garda,

Pren garda a mons parents…

- De tons parents, la bèla,

Que me’n socii jo poènt !

 

N’èi un chivau d’Espanha,

Que’n cor coma lo vent…

Sauta las palissadas

E los arrius corrents… »

 

J’ai tant cherché ma mie,

Je l’ai enfin trouvée, deridette

Je l’ai enfin trouvée

Je l’ai trouvée endormie

Sous un rosier.

 

Trois fois je l’ai embrassée,

Jamais elle ne s’eveillait.

De trois j’en viens à quatre,

Elle a soupiré.

 

« Hé ! Galant, prends garde à toi,

Prends garde à mes parents

- De tes parents, la belle,

Je ne m’en soucie point.

 

J’ai un cheval d’Espagne

Qui court comme le vent.

Il saute les palissades

Et les ruisseaux courants.

 

5 - CIVADA (Branle)

 

(Paroles et musique : « chants populaires de la Grande-Lande » de Félix Arnaudin 

Mélodie modifiée pour la danse et texte raccourci par Joachim Montbord.

Civada, civada

Jo que t’i èi tant termentada !

Jo t’i èi semiada

Atau i atau

 ‘Lavètz m’i repausèvi un pauc.

Un truc de man

Un torn de pè,

Hèi tres sauts, virolet leugèr.

 

Jo t’i èi bojada, calada, sarclada,

segada, amassada, ligada, engarbada,

batuda, hèit mòler, passada, prestida,

en·hornada, minjada…

 

Avoine, avoine,

Je t’ai tant tourmentée !

Je t’ai semée

Ainsi, puis ainsi,

Alors je me reposais un peu.

Un coup de main,

Un tour de pied,

Fais trois sauts, virolet léger.

 

Je t’ai labourée, binée, sarclée, coupée,

Ramassée, liée, mise en gerbier, battue, fait moudre,

Tamisée, pétrie, enfournée, mangée.

 

 

6 - SUS LA MONTANHA (valsa)

 

(Paroles : Poème de Joan Bodon, recueil « Res non val l’electrochòc » 1970

Musique : Gilles de Becdelièvre)

 

Lo camin sus la montanha

Lo seguèri tot un brieu.

Caminavi shens companha,

Éra la fin de l’estiu.

Me cridèt delà la sanha,

Coma gasavi lo riu,

Une filha de campanha

Que me trobèt agradiu.

Me prenguèt dins una jaça

A l’abric de la calor,

Causiguèt la bona plaça

Sul fen per parlar d’amour.

Ni jamai èra pas lassa ;

Me mordiguèt a dolor.

Vesiam per la pòrta bassa

Lo Cèl cambiar de color.

Lo camin sus la montanha

Que se pèrd delà lo riu.

Una filha de campanha…

Que l’amor es agradiu !

 

Le chemin sur la montanha

Je l’ai suivi un moment.

Je cheminais sans compagne,

C’était la fin de l’été.

Dans les roseaux m’appela,

Comme je passais à gué,

Une fille de campagne

Qui me trouva à son gré.

Dans la bergerie me prit

À l’abri de la chaleur,

Choisissant la bonne place,

Dans le foin parlant d’amour.

Elle n’était jamais lasse,

Mordant jusqu’à la douleur

À travers la porte basse,

Le ciel changeait de couleur.

Le chemin sur la montagne

Se perd après le ruisseau.

Une fille de campagne…

Si agréable est l’amour !

 

 

7 - ASMODET

 

(musique : Joachim Montbord / texte : « Lo Petit Albert »

 

Asmodet poderós,

Argolet dau Mieijorn e dau huec,

Manifèsta-te

 

Puissant Asmodée

Gardien du Sud et du feu,

Manifeste-toi

 

8 - AU SABAT ‘SQU’I A NAU FILHAS (Congò)

 

(Paroles et musique : Joachim Montbord Inspiré par « Los secrets dau Diable » Anonyme 1878 Bègles.

Au sabat ‘squ’i a nau filhas

Totas nau fèden l’amor.

Totas nau fèden l’amor.

Asmodet ! Asmodet !

Totas nau fèden l’amor.

Au sabat estussi jo !

Au sabbat il y a neuf filles

Toutes les neuf font l’amour.

Asmodée ! Asmodée !

Toutes les neuf font l’amour.

Au sabbat que ne suis-je !

 

9 - LA CALORADA (Escotisha)

 

(Paroles et musique : Joachim Montbord)

 

Se torni dançar damb tu

Poirèi pas mei estupar lo huec que crama

Poirèi pas mei téner aquesta bèstia sauvatja

Qu'estirassa shens fin la trava.

 

Se tornas dançar damb jo

Ne poiràs pus estancar lo vent que boha

Ne poiràs pus har taisar aqueste còr batent

Mei fòrt que lo son de la musica.

 

Hèdes coma lo vin que s'empega au sang

Las tuas espernabatudas me viran lo cap

La flambor de ton peu, la pradèira florida

On son estujadas las sèrps.

 

Te véder vestida sonque d’un clar de luna

Te bolegar a plaser per la nueit morascuda

Un crit que monta quand lo còr pren la volada

E ven morir per la calorada.

 

 

10 - JO VES I VULH DÍDER UA CANÇON (Rondèu)

 

(Paroles et musique : « Chants populaires de la Grande-Lande » de Félix Arnaudin)

 

Jo ves i vulh díder ua cançon

Tota plea de mensonjas.

E se i a nat mot de vertat

Las aurelhas ce’m tombin !

Quand sui arribat a l’ostau

La gata que lavava.

Los òmis n’èran a la sot

E los pòrcs que talhavan.

Las hemnas n’èran suu porèr,

Las polas que hilavan.

La vaca prestiva lo pan,

La canha l’ajudava.

Lo hasan cauhava lo horn,

Las guitas qu’en∙hornavan.

L’ainicòt n’èra au frineston,

Que cantava matinas.

 

Je vais vous dire une chanson

Toute pleine de mensonges.

Et si il y a un seul mot de vrai,

Que les oreilles me tombent !

Quand je suis arrivé à la maison

La chatte lavait

Les hommes étaient dans la soue,

Et les cochons coupaient la bruyère.

Les femmes couvaient,

Les poules filaient.

La vache pétrissait le pain,

La chienne l’aidait.

L’ânon était à la petite fenêtre,

Qui chantait matines

 

11- DEVATH DEU PÈ (Branle)

 

(Parole et musique : « Chansons populaires des Pyrénées françaises » de Jean Poueigh 1926

Introduction : « La rosa enflorese » chant judéo-espagnol adapté en judéo-bordelais

 

La ròsa enflorese

En lo mes de mai.

Mon arma se oscurese

Sofrenta de l’amor

 

Devath deu pè qu’èi nau junquets.

Ò ! Si’us i èi, que’us i èi fresquets

Qu’ei au bòi la mauga.

A qui darèi jo la mia amor ?

A qui la’m demanda.

Devath deu pè qu'èi ueit junquets…sèt, sheis, cinc,…

 

La rose fleurit

Au mois de mai

Mon âme s’obscurcit

Elle souffre d’amour

 

Sous mon pied j'ai neuf jonquilles

Ah, si elles y sont, elles sont fraîches

La mauve est au bois,

A qui donc donnerai-je mon amour.

A qui me le demande.

Sous mon pieds j'ai huit joncs… …sept, six, cinq…

 

12 - ÇÒ QU’A DONC HÈIT DE JO ! (Borrèia a dus temps)

 

(Paroles : Complainte transmises à Félix Arnaudin par Isabelle Lescarret dite « Babelic » , à Ygos, quartier de la Capère. 73 ans (1897). Notée sans air

 

Musique : Joachim Montbord.)

 

 

Çò qu’atz donc hèit de jo !

Sui shètz nada esperança.

Dont jo n’èi tant aimat

Lo plesir de la dança.

 

Plasers qui m’an trompat,

Plasers que tan pauc duran,

Dolors qui duraràn

Tota l’eternitat.

 

M’a banit au thiéu

Deu haut a Lucifèr

Deu cèu autant sautar,

Au prefond de l’infèrn.

 

N’èi lo còr plen de huec,

Lo pè a la cadenha

L’aute i es au serpent.

 

 

Qu’avez-vous fait de moi !

Je suis sans espérance,

Moi qui ai tant aimé

Le plaisir de la danse

 

Plaisirs qui m’ont trompé,

plaisirs qui si peu durent,

douleurs qui dureront

toute l’éternité.

 

Il m’a banni d’en haut

jusqu’à Lucifer.

Du ciel autan sauter

aux profondeurs de l’enfer.

 

J’ai le cœur plein de feu,

un pied attaché à une chaine,

l’autre est la proie d’un serpent.

 

 

13 - DEVATH L’EMBAN DAU MERCAT-DIU (Masurcà)

 

(Texte : Élie Boirac 1810-1884, chansonnier et pamphlétaire de Saint-Macaire

Musique : Joachim Montbord)

 

 

Devath l’emban dau Mercat-Diu

Assemblam-nos junas mainadas

Devath l’emban dau Mercat-Diu

Cantam los plasers de l’estiu.

 

Lo vent fresqueja, lo cèu se netèja

L’auratge au lunh cèssa d’alugrejar

Lo grith canta, l’èrba verdeja,

Lo bèth temps temps repareis dejà

 

La Siusacòta, La Nèla de Cabiròta,

De Sabaiò la juna e tendra Anà

Celina, Angèla, la Boiracòta,

Totas ací pòden s’aprochar.

 

Jana e Maria, Blanca e doça Felicia,

Lisa Gauthier que tant aima a fredonar,

Damb Susana, nòsta vesina,

Totas ensemblas fau repetar.

 

Quand l’irondèla a sas amors fidèla,

Aus prumèirs freits dau climat çamjarà,

A la lutz de quauqua candèla

Lo de-ser, poiram repetar

 

 

Sous les arcades du Mercadiou

Rassemblons-nous jeunes filles

Sous les arcades du Mercadiou

Chantons les plaisirs de l'été

 

Le vent fraîchit, le ciel se nettoie,

l'orage au loin cesse de lancer des éclairs

Le grillon chante, l'herbe verdoie,

le beau temps reparaît déjà

 

La "Sieuzacotte", la "Nelle de Catinotte",

de Sabayo la jeune et tendre Anna,

Céline, Angèle, la "Bouyracotte",

toutes ici peuvent s'approcher

 

Jeanne, Marie, blanche et douce Félicie

Lise Gauthier qui aime tant à fredonner

Avec Suzanne notre voisine

Toutes ensemble il faut répéter

 

Quand l'hirondelle A ses amours fidèle

Aux premiers froids du climat changera

A la lumière de quelque chandelle

Le soir nous pourrons répéter

 

14 - CANÇON DE MAIAN  (Planh)

 

Complainte transmise à Sylvain Trébucq par Mme Barre, la fille de « Segounde », une ancienne marchande de rue bordelaise. 

Musique : Joachim Montbord

 

Per un maudit pecat

Maian fut desolada

Per un maudit pecat

Fut pas mei au marcat !

De plors molha sas gautas

La nueit coma lo jorn ;

Per saborar sas fautas

D’amor.

 

‘Quò’s un maishant pijur

Que li fit sa demanda

Quò’s un maishant pijur

Que li ravit son cur !

Avant que se n’angusse

Coma èra carpentèir

Una montanha russa

Li a fèit.

 

Maian marcha a ton banc

Siis pas mei desolada,

Maian marcha a ton banc,

Reconeisherèi l’enfant.

Si aquò’s un bèth dròlle,

Que ressembla a son pair,

Saurà jogar son ròtle,

Pa’u verai.

 

 

Pour un maudit péché

Mayan fut désolée

Pour un maudit péché

Elle ne fut plus au marché.

De larmes elle mouille ses joues

La nuit comme le jour

Pour savourer ses fautes.

D'amour.

C’est un sale type

Qui lui fit sa demande

C'est un sale type

Qui lui ravit son coeur.

Avant qu'il ne s'en aille

Comme il était charpentier (de marine)

Une montagne russe

Il lui a fait.

Mayan marche à ton banc (de vente)

Ne sois plus désolée

Mayan marche à ton banc

Je reconnaîtrai l'enfant.

Si c'est un beau garçon

Qui ressemble à son père

Il saura se mettre en évidence

Pour sûr

©2018 by Man Encantada. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now